.htaccess : mettre en place une redirection sans changer l’URL

Avec le fichier .htaccess, il est possible d’effectuer une redirection sans modifier la barre d’adresse du navigateur. L’internaute ne s’aperçoit alors pas du changement. Voici comment.

Le fichier « .htaccess » peut être utilisé pour gérer les redirections dans son site internet. Ce système est très utile pour créer des URL optimisées pour le référencement et rediriger ensuite vers ces bonnes URL. Il est même possible d’effectuer cette redirection sans modifier la barre d’adresse du navigateur. L’internaute ne s’aperçoit alors pas du changement.
Pour mettre en place une redirection avec le fichier « .htaccess », assurez-vous que le module « mod_rewrite » d’Apache est activé. Dans le fichier, indiquez l’utilisation de la réécriture d’URL avec la directive « RewriteEngine On ».

Écrivez ensuite les règles de réécriture avec la directive « RewriteRule ».

Pour effectuer une redirection sans changer d’URL dans le navigateur, il y a deux règles à respecter :

– ne pas mettre d’URL avec « http:// » : cela entraînera une redirection en changeant l’URL. Utiliser des chemins relatifs en partant du répertoire où est situé le fichier « .htaccess » ;
– ne pas utiliser le drapeau « [R] » dans ses redirections ; l’usage de ce drapeau entraîne une nouvelle requête du navigateur, et donc un changement dans la barre d’adresse
Voici ci-dessous un exemple de redirection qui ne changera pas l’URL inscrite dans le navigateur :
RewriteEngine On
RewriteRule ^index.html$ /index.php?page=accueil [L]
L’internaute verra toujours sur son navigateur l’adresse « http://www.monsite.fr/index.html », alors que le site internet affichera la page « http://www.monsite.fr/index.php?page=accueil ».
Si vous souhaitez modifier l’URL dans le navigateur, il suffit de ne pas respecter l’une ou l’autre des conditions citées plus haut :
Ces deux redirections vont changer l’URL écrite dans la barre d’adresse du navigateur.
RewriteRule ^index.html$ http://www.monsite.fr/index.php?page=accueil [L]
RewriteRule ^index.html$ /index.php?page=accueil [L, R]

Le Marketing sur Linkedin. Ce que vous ignorez peut-être

Si LinkedIn est une plateforme professionnelle exceptionnelle, beaucoup de ses fonctionnalités restent inconnues pour la plupart de ses utilisateurs. Nous avons mis en place une liste de 4 fonctionnalités que vous ne connaissez peut-être pas sur LinkedIn. Le tout, sans pour autant disposer d’un compte premium

1. Sur LinkedIn, l’audience est différente de celle de Twitter

Twitter et LinkedIn sont considérés comme les plateformes sociales incontournables de marketing B2B, et les deux comptent environ 20 millions de membres actifs chaque mois. Pourtant, environ 60% des utilisateurs de LinkedIn n’ont pas de compte Twitter. Par ailleurs, si Facebook permet aux entreprise de disposer de leur propre page, LinkedIn – avouons le – ajoute un peu plus de cachet. 

2. Vous pouvez publier votre blog sur LinkedIn

Nous savons tous maintenant que LinkedIn permet d’élargir son cercle de relation professionnelles de façon extraordinaire. Un autre aspect que l’on ignore souvent est le contenu que l’on peut poster sur LinkedIn. Outre les groupes de discussions qui permettent d’échanger, vous pouvez bloguer directement sur LinkedIn (maximum de 40 000 caractères). LinkedIn en compte aujourd’hui plus d’un million – avec une croissance constatée d’environ 50 000 par semaine ! Vous pouvez par exemple publier vos billets de blog sur votre site web et sur LinkedIn !

3. Vos employés peuvent soutenir votre stratégie marketing sur LinkedIn

Will Sun – chef de produit – chez LinkedIn annonçait il y a peu que seuls 2% des employés d’une entreprise interagissent avec son contenu sur LinkedIn. En revanche, ces 2% sont responsables de près de 20% de l’engagement total autour de ce contenu. Il ajoute que cela n’est pas surprenant puisque les employés d’une entreprise ont en moyenne 10 fois plus de connexions que l’entreprise elle-même. Il est toujours à votre avantage de “pousser” vos employés et/ou collègues à influencer davantage votre emprunte online sur LinkedIn. Pour ce faire, LinkedIn va lancer cet Automne une application nommée Elevate, qui facilitera le partage de contenu d’une entreprise par ses employés.

 4. Vous pouvez trouver toute l’activité de vos connexions …

… Sans pour autant vous perdre sur votre fil d’actualité. Sur Facebook, si vous souhaitez découvrir (ou espionner) ce que votre nouvel(le) ami(e) a posté ces dernières semaines, il vous suffit de vous rendre sur son mur. Vous pouvez également découvrir (ou espionner) l’activité récente de vos contacts en vous rendant sur leur profil (notez que vous pouvez savoir qui a parcouru votre profil sur LinkedIn), afin d’en apprendre un peu plus sur le contenu qu’ils consultent / partagent.
Vous avez des tips à partager sur la meilleure stratégie à adopter sur LinkedIn pour gagner en visibilité ? Publiez un article de blog ! Vos contacts tomberont sur votre essai en se connectant sur LinkedIn, et ne manqueront pas de le partager s’il l’on trouvé utile !

Big Data : faire parler les données pour créer de la valeur

Pour faire face à l’explosion du volume des données, un nouveau domaine technologique a vu le jour : le Big Data. Inventées par les géants du web, ces solutions sont dessinées pour offrir un accès en temps réel à des bases de données géantes.

Comment définir le Big Data, et quelle est sa promesse ?

Face à l’explosion du volume d’informations, le Big Data vise à proposer une alternative aux solutions traditionnelles de bases de données et d’analyse (serveur SQL, plateforme de Business Intelligence…). Confrontés très tôt à des problématiques de très gros volumes, les géants du web, au premier rang desquels Yahoo (mais aussi Google et Facebook), ont été les premiers à déployer ce type de technologies. Selon le Gartner, le Big Data (en français mégadonnées ou « Grandes données ») regroupe une famille d’outils qui répondent à une triple problématiques : un Volume de données important à traiter, une grande Variété d’informations (en provenance de plusieurs sources, non-structurées, structurées, Opendata…), et un certain niveau de Vélocité à atteindre – c’est-à-dire de fréquence de création, collecte, traitement/analyse et partage de ces données. C’est la règle dite des 3V.
Quelles sont les principales technologies de Big Data ?

Elles sont nombreuses. Pour optimiser les temps de traitement sur des bases de données géantes, plusieurs solutions peuvent entrer en jeu :

 Des bases de données NoSQL (comme MongoDB, Cassandra ou Redis) qui implémentent des systèmes de stockage considérés comme plus performants que le traditionnel SQL pour l’analyse de données en masse (orienté clé/valeur, document, colonne ou graphe).

 Des infrastructures de serveurs pour distribuer les traitements sur des dizaines, centaines, voire milliers de nœuds. C’est ce qu’on appelle le traitement massivement parallèle. Le framework Hadoop est sans doute le plus connu d’entre eux. Il combine le système de fichiers distribué HDFS, la base NoSQL HBase et l’algorithme MapReduce. D’autres technologies visant à tendre vers des traitements plus « temps réel » ont émergé dans la foulée (c’est le cas d’Apache Spark).

Qu’est ce qu’une start-up?

une start-up est une jeune entreprise qui démarre. Incarnée par son fondateur ou sa fondatrice, elle se constitue autour d’une intuition, d’une conviction partagée par l’ensemble d’une équipe. Quelles sont dès lors les évolutions possibles pour ces « jeunes pousses » souvent innovantes ? Et quelles relations entretiennent-elles avec les grandes entreprises, qui ont souvent ce besoin d’innover ?

Lire la suite …